Article

Accompagnement du deuil par l’hypnose

Vous avez des difficultés à vous remettre d’un décès ou vous avez du mal à digérer une situation ? Votre mal-être dure depuis trop longtemps ? Cela vous empêche de faire certaines choses ?

Par le biais de techniques spécifiques, je vous accompagne, enfant ou adulte, dans l’atteinte de votre objectif, que ce soit pour vous apaiser, atténuer voire faire disparaître chagrin, culpabilité, colère, retrouver le contrôle de votre vie, sortir de la solitude…

Le deuil est un processus normal suite à la perte définitive d’un être cher ou à un changement brutal de situation. Pour nous libérer de ce traumatisme (choc émotionnel), nous allons vivre plusieurs phases de deuil.

Cependant, chaque deuil est unique. Nous les vivons tous à notre manière, avec nos propres émotions, selon nos expériences de vie.

Le deuil concerne donc tous les sujets. On parle le plus souvent de deuil suite au décès d’un proche : parent, enfant mais aussi suite à une fausse-couche, une IVG… voire au décès d’un animal.

Cependant, il n’est pas exclusivement lié à la mort. Il peut également concerner des situations comme une rupture amoureuse, une perte d’emploi, de capacité, d’une partie du corps ou encore comme la vie avant une grossesse, avant la ménopause, avant la retraite…

« Tout cela peut être vécu comme un château de cartes qui s’écroule ».

Saviez-vous que notre cerveau nous permet aussi chaque nuit de faire des minis deuils ? Dans une journée, nous avons pu passer à côté d’une offre d’emploi importante dont la date limite de candidature est passée, d’un vêtement particulier car il n’y avait pas notre taille, d’une rencontre parce qu’on est arrivé trop tard… Et naturellement, notre cerveau nous aide à passer au dessus de tout ça, en général rapidement.

Les étapes d’un deuil non pathologique (hors deuil amoureux)

Ce travail s’accompagne de phases pouvant être décomposées classiquement en 5 ou 7 étapes. Chaque personne passe par ces étapes sans forcément les éprouver dans le même ordre.

1. Le choc 

« C’est fini », « Je te quitte », « Vous êtes viré »…

C’est une période de sidération, où vous êtes dans le refus de la réalité. Les émotions sont pratiquement absentes.

2. Le déni

Le refus de croire l’information, « Ce n’est pas vrai », « Ce n’est pas possible…. », fait place à une discussion intérieure ou/et extérieure. Certaines personnes s’enferment dans cet état de déni, de refuge (préserver la chambre du disparu intacte, continuer à mettre son assiette à table…). Cette phase peut ne pas exister.

3. La colère et le marchandage

C’est la confrontation avec les faits et l’impossibilité d’un retour à la situation première qui vont engendrer une attitude de révolte, tournée vers vous et vers les autres. Ce peut être aussi une phase de marchandage : vous promettez de ne plus faire telle ou telle chose si la situation se répétait.

De nombreuses émotions peuvent être vécues : reproches, remords, ressentiments, dégoûts, répulsion ou agression.

4. La tristesse

C’est un état de désespoir dans lequel vous pouvez vous dire « Ce n’est pas juste, pourquoi est-il parti ? Pourquoi il m’a fait ça ? Qu’est ce que je vais devenir ? ». La culpabilité est également très présente.

5. La phase dépressive ou résignation : généralement la phase la plus longue.

Elle est caractérisée par une grande tristesse, une détresse psychologique et morale importante, une longue période de remise en question : « Je ne m’en sortirai jamais ». C’est dans cette période que le risque suicidaire est le plus important.

Et lorsque vous êtes en phase dépressive, l’alliance avec vous-même doit être forte afin de pouvoir décider de vivre au-delà du deuil : « C’est la vie, c’est comme ça… ».

Demandez-vous : « Je souffre, mais si j’allais mieux, je serais comment? Je ferais quoi ? »

6. L’acceptation

Petit à petit, vous avez compris et surtout accepté la disparition de l’autre. Vous pouvez encore ressentir de la tristesse face au vide, ou au manque laissé par le départ de l’autre, mais vous retrouvez progressivement un fonctionnement normal : « J’y pense encore parfois, mais je m’en sors ».

7. La reconstruction

Vous vous réorganisez pour répondre aux obligations liées à la vie en société. Se reconstruire amène à mieux se connaître, à découvrir ses ressources personnelles et à prendre conscience de son existence. Cette démarche booste la confiance en soi.

Je vous recommande :

– le livre « La mort expliquée aux enfants mais aussi aux adultes » du Dr JJ Charbonier

– le film documentaire « Et je choisis de vivre » qui nous invite à traverser avec douceur et sincérité l’épreuve de la perte d’un enfant : https://www.youtube.com/watch?v=74H8NZ-WxSM

– le film d’animation Coco

– la trilogie documentaire qui explore la mort sous un nouvel angle :

1. Et si la mort n’existait pas ? – Où en est la science sur la vie après la mort ?https://youtu.be/HpsJ4o5C4Hg (gratuit)

2. Et si la mort n’était qu’un passage ? – Comment s’y préparer ? https://youtu.be/KG3Ichww8Sg (payant)

3. L’âme : une force dans sa vie ? https://youtu.be/WAwbmpJvL8o (payant)

« Nos sociétés occidentales, fortement intoxiquées par ce monde dominant de pensées, nous inculquent dès notre plus jeune âge, et ceci depuis plusieurs générations, que nous sommes un corps qui disparaît pour toujours au moment de la mort alors que tout porte à croire aujourd’hui que nous ne faisons que l’habiter le temps d’une vie terrestre. »

Dr Jean-Jacques Charbonier

Les étapes d’un deuil amoureux

Contrairement au deuil lié à la mort, le deuil amoureux fait suite à un rejet et donc généralement à la perte de la confiance en soi et de l’estime de soi. Il va comporter une étape qui lui est propre : la phase d’intériorisation.

Là encore, les différentes phases constituent un cycle. Vous pouvez les vivre toutes en quelques jours puis rester dans une phase pendant une plus longue période. Elles se chevauchent et sont récurrentes jusqu’à ce que tout soit digéré.

1. La dévastation et/ou la sidération : phase la plus difficile de par la souffrance vécue.

« Il/elle me quitte, c’est un cauchemar ! » Tout s’écroule. Vous êtes dévasté(e).

Vivez le moment présent le plus possible afin de trouver un peu de paix et de calme parmi toutes les émotions extrêmes et les peurs qui vous envahissent.

2. Le sevrage

Vous devez maintenant apprendre à vivre sans votre conjoint(e) et avec des besoins qui ne sont plus comblés par la relation.

Votre défi : apprendre et accepter de vivre sans l’autre.

3. L’intériorisation

Vous refoulez votre colère envers l’autre pour mieux vous auto-flageller. Vous idéalisez votre ex, vous accumulez les regrets et les doutes. : « J’aurais dû faire ceci ». Vous avez honte. Vous portez la colère envers votre ex sur votre entourage.

Faites en sorte de ne pas vous isoler. Rendez-vous visible aux yeux de tous.

4. La rage

Vous êtes prêt(e) à vous défendre. Il s’agit d’une rage productive qui vous procure l’énergie nécessaire au façonnement d’une nouvelle estime de vous-même. Elle vous permet de survivre. Vous rêvez de vous venger, de lui infliger une souffrance équivalente à la vôtre.

Vous ressentez un besoin de transformation : changer de coiffure, de style, de décoration dans votre maison, trouver de nouvelles activités…

Acceptez la réalité au lieu de vous énerver contre des situations sur lesquelles vous n’avez pas le contrôle. Faites face aux circonstances et demandez-vous ce que vous pouvez faire pour améliorer votre situation.

5. La reconstruction

Vous prenez du recul, faites à nouveau des projets. Vous vous sentez revivre, libéré(e), en paix.

Durée du deuil

La traversée d’un deuil peut durer de quelques semaines à plusieurs mois. Lorsque le deuil se complique et que vous restez coincé dans l’une des phases précédemment expliquées, vous allez entrer dans ce que l’on appelle un deuil pathologique. Ce type de deuil nécessite un accompagnement par un professionnel pour vous aider à en sortir. L’hypnothérapie est une des solutions. Je mets ainsi à votre disposition plusieurs techniques d’hypnose afin de m’adapter au mieux à votre demande.

Comment surmonter un deuil grâce à l’hypnose ?

Quand il y a un choc, la vie d’avant s’arrête et une nouvelle vie commence. Il n’est donc pas possible de revenir à la vie d’avant. Il est important de construire et non réparer.

Nous verrons comment cette perte vient vous travailler, vous bousculer, vous interroger, vous déranger, vous faire souffrir.

J’utilise l’hypnose « classique », « spirituelle » et/ou le RITMO (technique d’apaisement suite à un traumatisme), selon le type de deuil, l’étape du deuil où vous êtes, votre ressenti, votre personnalité et votre objectif.

En coupant/transformant un lien, en communiquant avec un défunt (hypnose spirituelle), en récupérant vos ressources internes par le biais d’une régression, en travaillant sur vos émotions, sur le traumatisme…, vous pourrez vous apaiser, atténuer voire faire disparaître le chagrin, la culpabilité, la colère, la peur, retrouver le contrôle de votre vie, sortir de la solitude…

En ce qui concerne les enfants, je les accueille à partir de 6 ans et nous utilisons les jeux, les métaphores, le dessin, l’écriture, le RITMO…

Nous allons à votre rythme. Pour certaines personnes une seule séance sera nécessaire, pour d’autres, il en faudra davantage.

Quel que soit le type de deuil, prenez soin de vous. Parlez-en autour de vous.

« Votre vie ne sera plus comme avant, elle aura un autre sens ».

Sandrine Giraud, hypnothérapeute à Aytré (La Rochelle sud)